BEPOS ou Bâtiment à énergie positive

Home/Actualités, Développement durable, Habitat durable, Législation/BEPOS ou Bâtiment à énergie positive

bernard-hermant-590565-unsplashQuand on pense qu’avant les années 50, le concept même d’isolation des bâtiments était quasiment inexistant, il est clair que la construction immobilière a fait beaucoup de chemin en quelques décennies ! Impulsées au départ par le premier choc pétrolier en 1973, les réglementations thermiques n’ont depuis cessé de pousser les constructeurs à concevoir des bâtiments toujours plus performants, économes et écologiques.

Et si la RT 2012 définit déjà des exigences de basse consommation, elle n’était en rien un aboutissement ! Le BBC s’apprête en effet à laisser sa place au BEPOS ou « Bâtiment à énergie positive », qui sera bientôt la norme pour toutes constructions neuves. Encore en cours de définition et objet de toutes les expérimentations, le BEPOS représente un grand pas dans notre façon même de concevoir nos habitations et leur intégration dans l’environnement.

Du BBC au BEPOS

Créé en premier lieu comme un label par la RT 2005, afin de garantir les performances énergétiques d’un bâtiment, le BBC ou bâtiment basse consommation est désormais la norme pour toute construction neuve depuis 2012. Avec une consommation maximale en énergie primaire fixée à 50 kWh/m².an, la norme était déjà ambitieuse et bien au-dessus de la moyenne nationale.

ISOLATION BATIMENT BEPOS - IsolavenirPour atteindre cette performance, les bâtiments se sont faits bioclimatiques, utilisant entre autres l’orientation et l’apport de lumière naturelle pour tirer le meilleur de leur environnement. Avant même de penser chauffage, et donc consommation énergétique, on pense dorénavant à renforcer l’isolation tout en assurant une bonne ventilation. Des constructions toujours plus performantes qui ont fini par aboutir au concept de BEPOS ou « Bâtiment à énergie positive ».

Bien plus ambitieux que le BBC, le BEPOS est le but affiché de la future réglementation thermique qui entrera en vigueur en 2020. Il est même anticipé depuis la loi Grenelle 1 du 3 août 2009, dont l’article 4 précise que : « toutes les constructions neuves faisant l’objet d’une demande de permis de construire déposée à compter de la fin 2020 présentent, sauf exception, une consommation d’énergie primaire inférieure à la quantité d’énergie renouvelable produite dans ces constructions »1.

Si les caractéristiques réglementaires du BEPOS ne sont pas encore fixées, le PREBAT (Programme national de Recherche et d’expérimentation sur l’Énergie dans les Bâtiments) pose malgré tout ses bases en indiquant qu’« un bâtiment est à énergie positive s’il consomme peu d’énergie et si l’énergie produite sur le site, grâce aux énergies renouvelables, est supérieure[…] à celle consommée dans l’année. »2.

Il ne s’agit donc plus seulement de réduire la consommation énergétique des bâtiments, mais de faire également en sorte qu’ils produisent eux-mêmes de l’énergie !

Des expérimentations BEPOS déjà en cours

Les constructeurs n’ont évidemment pas attendu la définition réglementaire pour commencer à expérimenter le BEPOS. Mais sans cadre réglementaire, il était jusqu’ici bien difficile de juger les véritables performances de ces bâtiments autoproclamés « à énergie positive ».

ISOLATION BATIMENT BEPOS - IsolavenirPour tenter de mettre un peu d’ordre dans les pratiques et de mieux calculer les performances de ces bâtiments, de nouveaux labels Effinergie ont vu le jour. Les derniers labels BEPOS Effinergie 2017 et BEPOS+ Effinergie 2017 introduisent ainsi un nouveau critère essentiel, mais jusqu’ici ignoré par les réglementations thermiques : l’empreinte carbone. En plus des performances énergétiques d’un bâtiment, ses émissions de gaz à effet de serre sont donc également prises en compte, et ce durant toute sa durée de vie.

Fin 2017, on comptait déjà 2 bâtiments certifiés, dont la première maison individuelle à énergie positive, construite à Ermont, en région parisienne. Une construction innovante réalisée en ossature bois, isolée entre autres avec de la laine de roche, pour une épaisseur d’isolant totale de 40 cm. De conception bioclimatique, elle intègre également 30 m² de panneaux photovoltaïques, ce qui lui permet d’afficher une consommation de -68 kwhEP/m².an !

Un début très prometteur qui promet de futures constructions toujours plus innovantes et respectueuses de l’environnement. De quoi attendre 2020 avec impatience !

Source ::

1 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020949548&categorieLien=id

2 : https://www.prebat.net/?Objectifs-du-programme

2018-04-05T12:15:25+00:00 5 avril 2018|Actualités, Développement durable, Habitat durable, Législation|

A propos de l'auteur :